Arsenal Guns - Magasin de nantes - Aire de jeux outdoor/indoor - FAMAS F1 EVO - 400906

FAMAS F1 EVO

FAMAS F1 EVO(ref: 400906)

Marque:  CYBERGUN

Type:  AEG

Blowback:  Non

Matière:  Fibre de nylon

Crosse:  Pleine

Hop-up:  Oui - Réglable

Couleur:  Noir

Poids:  2850g

Longueur:  750mm

Puissance:  360FPS

Mode de tir:  Semi & Full auto & Burst (rafale de 3)

Capacité chargeur:  300 Billes

Billes conseillées:  0.25g

Batterie & Chargeur:  OUI

Cybergun Famas F1 EVO. Nouvelle version équipée d'un MOSFET ajoutant un nouveau mode de tir, le Burst ! Réglage de la puissance depuis la crosse, très facile d'accès donc. Corps en fibre de nylon assurant légèreté et résistance. Batterie 8.4v incluse avec le chargeur de batterie.

Disponible

269,00 €



Paiement en 3 fois à partir de 100€

Payement en
3X
3 Mensualités de
89,67 €
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
  Voir votre panier
Description

Historique:

Le FAMAS (ou FA-MAS), désigné au sein de l’armée française en tant que « fusil d'assaut de 5,56 mm modèle F1 MAS », est un fusil d'assaut français de calibre 5,56 × 45 mm Otan de type bullpup, initialement fabriqué par la Manufacture d'armes de Saint-Étienne.

Commandé et mis en service dans les années 1970 par l'armée française, le FAMAS répondait au désir d'une arme tactique puissante, d'encombrement réduit et qui soit également facile à utiliser et à entretenir. Remplaçant le fusil FSA MAS 1949-56 en calibre 7,5 mm et le pistolet mitrailleur MAT 49 en calibre 9 × 19 mm Parabellum, le FAMAS supprimait ainsi l'ancienne organisation binôme.

En 2012, une étude préparatoire a été lancée visant au remplacement de cette arme au sein de l'armée française à l'horizon 2017.

Dans les années 1960 et 1970, la présence croissante du célèbre Kalachnikov AK-47 sur les théâtres d'opérations (Liban, Zaïre, etc.) tend à ringardiser les armes françaises en service à l'époque, issues des guerres de décolonisation des années 1950 : le fusil semi-automatique MAS Mle.49/56, le pistolet mitrailleur MAT 49 et le fusil mitrailleur MAC Mle.29 ; en 1978 au Liban, pour se tenir à armes égales avec les forces ennemies, la France a recours aux fusils d’assaut SIG 540 suisses.

En vue de mettre un terme à ce retard technologique de plus en plus inquiétant, le gouvernement français réunit alors une équipe d'experts et d'ingénieurs pour élaborer en laboratoire une arme moderne, dont la fabrication est laissée aux soins de la Manufacture d'armes de Saint-Étienne. Le projet du FAMAS commence en 1967, sous la direction du général Paul Tellié. Quatre ans plus tard, le premier prototype est prêt.

Conçu afin d'équiper l'armée française, le FAMAS est présenté pour la première fois en 1973. Il est commandé en 1978, et commence à être perçu à partir de 1979.

La version initiale du FAMAS, nommée « F1 », est vendue à plus de 400 000 exemplaires en France et dans quelques pays étrangers (Djibouti, Gabon, Sénégal et aux Émirats arabes unis), et est parfois donnée comme cadeau à des pays alliés. Giat Industries produit ensuite une variante G1 qui sert de transition vers le G2. Cette dernière est conforme à la norme de standardisation STANAG 4719 de l'OTAN. En France, le G2 est en service dans la Marine nationale.

Arme conçue en laboratoire pour être la plus moderne et technologique de son temps, le FAMAS fut décrié par certains pour son manque de réalisme sur le terrain. Arme lourde, d'entretien complexe, parfaitement irréparable si endommagée, le FAMAS ne récolta qu'un succès d'estime et ne fut jamais acheté massivement par aucun autre pays, du fait de son coût élevé (12 000 francs français) ; de plus, l’état-major français avait rejeté au début les demandes d'exportation, au motif de la satisfaction rapide des besoins de l'armée de terre française, les armées étrangères lui préférant bien souvent les armes américaines et surtout les dérivés du fusil AKM, et ce jusqu'en 2013 à l'occasion du conflit au Mali.

La production du FAMAS cesse en 2000 avec la fermeture du site de la Manufacture d'armes de Saint-Étienne. Sa maintenance est aujourd'hui assurée par l'usine Nexter Mechanics de Tulle, anciennement Manufacture d'Armes de Tulle, où fut produit le pistolet-mitrailleur MAT 49.

Autre produits de la même catégorie